Comité de grève Education 35

Les personnels de l’Education réunis le jeudi 5 décembre en AG ont voté la création d’un comité de grève responsable de la coordination.

L’assemblée générale exige le retrait du projet Macron-Delevoye et se battra jusqu’à l’obtention de ce retrait. Elle exige également (AG du 9 janvier) le retrait de la réforme Blanquer ainsi que la suppression des E3C et le dégel du point d'indice pour les salaires dans la fonction publique,

Le comité de grève est composé de collègues fonctionnaires ou contractuels, syndiqués ou non, appartenant à des collectifs ou non. Les syndicats et collectifs représentés sont: CGT, CNT, FO, FSU, SUD, CRBMU35, Stylos Rouges, Union pirate de Rennes 2


Vous trouverez dans la rubrique blog les actions et rendez-vous à venir.

Faites-nous remonter vos infos par e-mail pour qu’elles puissent y apparaître (actions, état de la mobilisation).

Pensez à les rédiger telles que vous voulez les voir publiées.


Nous invitons les collègues PE à déposer des "déclarations d'intention de faire grève" couvrant toute la semaine, et même tout le mois de janvier.

 

L'AG éducation du 16 janvier

- a voté la reconduction de la grève

- a décidé d'accueillir Castaner pour son rendez-vous à la préfecture
- de soutenir et participer au blocage/rassemblement contre les E3C dans le cadre de l’opposition à la réforme des retraites pour les collègues des lycées qui le demandent

- a décidé d'accueillir le responsable de la SNCF en soutien aux cheminots

- a décidé d'occuper les locaux d'une organisation défendant la retraite par point

- a décidé d'occuper les locaux d'un organisme encourageant la retraite par capitalisation

- a décidé le blocage de la plateforme logistique

- a décidé du blocage flitrant des entrées de Rennes

 

Actions interpro décidées en intersyndicale pour la semaine prochaine

-
mercredi 22 janvier à 12h Meeting de rue à République en tenue de travail.
-
jeudi 23 janvier 17h esplanade de Gaulle : manif retraite(s) au flambeaux
-
vendredi 24 janvier 11h manif  interpro au départ de de Gaulle